Upopi #18 : Les animaux, les images et nous

Upopi s'associe au huitième numéro thématique du webmagazine CIEL (Cinéma indépendant en ligne), lequel propose en libre accès jusqu'au 11 janvier 2017 quatorze films courts habités par le monde animal, loin des images rabaissantes que, sous couvert de comique ou d'attendrissement, des vidéos à succès véhiculent trop souvent sur la Toile.

Penchons-nous donc sur les liens entre animaux et images animées, et puisque l'internet vient d'être mentionné, commençons par analyser une de ces vidéos dites "virales" centrées sur la star domestique de Youtube : le chat — en l'occurrence celui, censément  héroïque, de My Cat Saved My Son. À la télévision, on s'est intéressé aux marmottes musiciennes de France 3, exemple pas si fréquent, dans le paysage audiovisuel français, d'anthropomorphisme réussi : leurs créateurs et concepteurs ont bien voulu répondre à nos questions.

Côté cinéma, on a étudié le célèbre court métrage de Jean Painlevé Le Vampire, consacré à l'espèce de chauve-souris ainsi nommée et dans lequel zoologie, cinéphilie, horreur, humour et propos politique coexistent harmonieusement, ainsi que le magnifique Au hasard Balthazar de Robert Bresson, cas assez exceptionnel de long métrage de fiction tourné en prises de vues réelles, non destiné aux enfants et dont le protagoniste est un animal : un âne, plus précisément.

Enfin, à propos de l'immense bestiaire que constitue le cinéma d'animation, on pourra relire un passage de l'ensemble qu'Upopi avait consacré au film de Charley Bowers Un drôle de locataire !

Le court métrage du moment, My Rabit Hoppy (sic), se présente sous la forme a priori rassurante d'un home movie centré sur un gentil petit lapin, qui prend un tour à la fois drôle et terrifiant...

En complément de programme, mais non sans rapport avec la thématique principale de ce numéro d'Upopi : en 2014, dans la lignée du cinéaste Michel Gondry, des lycéens de la région Centre-Val de Loire se sont essayés au "suédage", qui consiste à recréer des scènes de films préexistants avec les moyens du bord, de l'astuce et de la fantaisie : on donne à en voir trois exemples remarqués, remakes de films où l'animalité s'avère inquiétante (King Kong, Les Oiseaux, La Mouche).

Loin des animaux, il y a la politique, activité et préoccupation éminemment humaine. En décembre 2015, le cinéaste chilien Patricio Guzmán a donné à Blois une "leçon de cinéma", captée par Upopi : il y revient sur l'ensemble de son œuvre, traversée par les affres de l'histoire contemporaine de son pays. Enfin, en écho aux récentes élections américaines, on revient sur JFK d'Oliver Stone (dont la dernière réalisation, Snowden, vient de sortir en France) : autant qu'un film sur la croisade du procureur Garrison, un vertige filmique autour de l'impuissance des images à attester de la réalité des faits.