Histoire du film musical hollywoodien

(1927-1983)

Panorama du film musical américain (en V.O. : musical) durant sa période de plus grande efflorescence, de la fin des années 1920 au début des années 1980.

Quand le cinéma devint parlant, l’industrie hollywoodienne chercha ce qui pourrait nourrir de nouveaux scénarios. Le musical, qui existait déjà à la scène et en particulier à Broadway, s’offrait en matériau idéal. Prenant forme sur grand écran au cours des années 1930, il devient l’un des genres hollywoodiens les plus complexes, mariant théâtre, peinture, opéra, ballet, music-hall et les subsumant dans un entertainment faussement superficiel.

Genre spectaculaire qui mobilise au plus haut point le savoir-faire des chefs de poste du système des studios (de l’art director au créateur de costumes en passant par le chef d’orchestre et le chorégraphe), le musical atteint logiquement son âge d’or lorsque le système en question jouit d'une pleine santé économique. Le genre se nourrit cependant de talents singuliers : cinéastes bien sûr, mais aussi vedettes iconiques, producteurs perspicaces et danseurs-chorégraphes qui intègrent à leur discipline les possibilités esthétiques de cet art du mouvement qu'est le cinéma.

Ce parcours chronologique suivra les évolutions d’une forme aux registres et aux tonalités beaucoup plus variés que sa dénomination française, « comédie musicale », ne le suggère en insistant uniquement sur le potentiel drolatique (certes souvent irrésistible) du genre.

Textes : Charlotte Garson, critique de cinéma. Supervision : Jean-François Buiré. Ciclic, 2020.

Biblio-filmographie : cf. la première entrée de la frise en plein écran