Introduction au mashup

Un mashup est une œuvre audiovisuelle originale composée à partir de morceaux d'œuvres préexistantes. Cette pratique est tellement florissante qu'un festival lui est dédié depuis 2011. Quelle sont ses origines ? Quelles en sont les différentes formes ? Quelles questions juridiques posent-elles ? Tour d'horizon avec Jean-Yves de Lépinay, initiateur du Mashup Film Festival. 

Cet article est le compte-rendu d'une conférence donnée par Jean-Yves de Lépinay le 8 avril 2014 lors du festival Retours vers le futur, au cinéma Apollo de Châteauroux.

Rentrons dans le vif du sujet avec un premier exemple de mashup.

Jean-Yves de Lépinay décrit le contexte dans lequel s'est développée la pratique du mashup.

Qu'est-ce qu'un mashup


Le mashup, de l'art ? Pour Jean-Yves de Lépinay, il s'agit avant tout de conversation.

Généalogie du mashup
Jean-Yves de Lépinay décrit les origines cinématographiques et musicales du mashup.

Typologie : les multiples formes du mashup

Pour illustrer la portée critique que peut avoir le mashup, Jean-Yves de Lépinay montre deux « supercuts », l'un consacré au cinéma d'action, qui fait l'économie de tout commentaire, l'autre consacré à une figure stylistique du cinéma de Steven Spielberg, où le montage s'appuie sur une voix off.

. La fausse bande annonce
Autre sous-genre populaire du mashup, qui consiste à détourner la bande-annonce d'un film de genre, pour la faire passer dans un tout autre genre. Mary Poppins devient ainsi un film d'horreur (et Shining un feel good movie ou Titanic un film de zombie).
 . Le mashup musical
Jean-Yves de Lépinay cite trois virtuoses du mashup musical : Kutiman qui assemble des morceaux de vidéos musicales amateurs trouvées sur Youtube (Mother of all funk chords) ; Guillaume Delaperrière, alias Giovanni Sample (The Black Track) ; DJ Zebra avec Requiem of the times qui réunit Gainsbourg, Prince et Snoop Dogg.

 . Le même
Reprise d'un même motif par de multiples internautes, le même est propre au web 2.0.


(voir un exemple de même de La Chute)

Questions juridiques

Jean-Yves de Lépinay distingue plagiat et réemploi.

Après avoir montré les premières minutes du mashup RIP, remix manifesto, produit par l'Office national du film du Canada, Jean-Yves de Lépinay fait le point sur l'importance du domaine public et des creative commons, en citant notamment les propos de Lawrence Lessig.

Jean-Yves de Lépinay relève ensuite les questions soulevées par le mashup du point de vue des notions d'œuvre, d'auteur et de propriété intellectuelle.

Jean-Yves de Lépinay précise aussi la différence entre la citation, encadrée par le droit, et le réemploi, c'est-à-dire l'extrait d'une œuvre première réappropriée par un auteur dans une œuvre seconde, qui n'est pas (encore ?) permise par le droit.

Enfin, Jean-Yves de Lépinay relève un paradoxe dans le rapport que les internautes entretiennent avec la propriété intellectuelle.

Voir un exemple de mashup critiquant le prétendu plagiat de Pocahontas par Avatar.

La chaîne du réemploi

Jean-Yves de Lépinay montre ce mashup, qui mime le travail de réemploi opéré par Michael Jackson à partir des pas de danse et des films de Fred Astaire (pour comparer, voyez le clip original de "Smooth Criminal").

Jean-Yves de Lépinay conclut son intervention avec la présentation de l'un des plus beaux mashups, Fast Film de Virgil Widrich, qui est visible en ligne et dont le réalisateur a mis le making of en ligne, que nous reprenons ici.
 
Cet article a été rédigé à partir de l'intervention de Jean-Yves de Lépinay à Châteauroux, le 8 avril 2014, lors du festival Retours vers le futur, organisé par le cinéma Apollo avec Ciclic.