Upopi #11 : Alors on joue

Le XXIe siècle sera vidéoludique ou ne sera point ", aurait-on pu prophétiser dès les années 1980. Jusqu'à présent, Upopi ne s'était intéressé que sporadiquement à ces jeux vidéo qui, qu'on le veuille ou non, éclairent désormais les écrans de bien des nuits blanches : il était sans doute temps de se pencher un peu plus longuement sur ce phénomène, déjà largement cinquantenaire si l'on remonte à ses premières manifestations.

De tous les historiques du jeu vidéo qui fleurissent sur Internet, il en est un plus concis et plus drôle que les autres. Mais soyons sérieux : pour Upopi, un journaliste passionné à la fois de cinéma et de jeux est revenu sur les liens que ceux-ci entretiennent, plus profonds et féconds qu'il n'y paraît, dans un texte dont la première partie est à lire ici. À ce propos, il se chuchote à mots couverts qu'un nouvel épisode d'une modeste saga de science-fiction pourrait sortir en ce mois de décembre : c'est l'occasion d'envisager le premier Star Wars sorti en salles comme une préfiguration des "jeux de tir à la première personne".

Le jeu vidéo, c'est aussi un ensemble de métiers, dont Upopi vous offre un aperçu récapitulatif. Enfin, les jeux donnent lieu depuis une vingtaine d'années à une nouvelle technique de création audiovisuelle, le machinima : Upopi a capté une conférence portant sur ce sujet.

Le court métrage du mois, Copier-cloner de Louis Rigaud, s'apparente à un jeu vidéo cauchemardesque : ramené à un programme informatique, un élevage de vaches court à une catastrophe qui rappelle bien des dérives agro-industrielles.

En complément de programme, et en ces temps troublés où il faut bien trouver l'énergie de rire, Upopi vous propose de renouer avec le burlesque, le temps d'une frise pédagogique qui retrace l'histoire de ce genre cinématographique réjouissant et encore vivace, et d'un montage portant sur les variations du gag chez Charlie Chaplin — Chaplin qui, rappelons-le à l'approche de Noël, nous quitta le 25 décembre 1977.