To Be or Not to Be

L'intense sentiment du présent

Au cinéma, comment faire ressentir "l'être" au présent, comme au théâtre, plutôt que "l'avoir été" ?

La Gestapo tend un piège au comédien Joseph Tura, qui se fait passer auprès d'elle pour le professeur Siletsky, espion à la solde des nazis qui vient d'être tué par la résistance polonaise.

De façon exceptionnelle au regard de sa position par rapport aux événements narrés dans Jeux dangereux (To Be or Not to Be, 1942) d'Ernst Lubitsch, le spectateur dispose au début de cette scène d'une avance de savoir sur le personnage : alors que Tura l'ignore, on a en effet appris dans une scène précédente que les nazis, ayant retrouvé le cadavre du professeur, savent que l'homme qui vient se présenter à eux en tant que Siletsky est un imposteur. Face au cadavre, le comédien prend conscience de sa périlleuse situation. Cette situation, il va la retourner grâce à un rasoir et à un accessoire de théâtre : une barbe postiche « de sécurité » qu'il avait dans sa poche afin, au besoin, de remplacer celle qu'il porte pour interpréter Siletsky. Mais à l'écran, le rasage qu'il opère sur le cadavre fait l'objet d'une ellipse...

Texte, montage et voix : Jean-François Buiré. Ciclic, 2011.