Cinéma bricolé

En 2011, "L'usine de films amateurs" imaginée par le réalisateur Michel Gondry au Centre Pompidou proposait à des non-professionnels de réaliser un film en trois heures en suivant un protocole simple, dans un studio de cinéma reconstitué pour l'occasion. Prenant appui sur les jeux littéraires de l'Oulipo et de la poésie combinatoire de Raymond Queneau (Cent mille milliards de poèmes), le projet "Cinéma bricolé" transpose ces contraintes de réalisation autour d'une valise.

Adossé à l'édition 2013-2014 de Lycéens et apprentis au cinéma en région Centre et à la projection de Soyez sympas, rembobinez de Michel Gondry, le projet "Cinéma bricolé" a embarqué 150 élèves de 7 établissements agricoles dans un atelier de réalisation associant ainsi théorie et pratique.

En plus du matériel de tournage traditionnel (caméra, perche, logiciel de montage), cette usine miniature fonctionne autour d'une valise. Véritable malle aux trésors, elle contient au hasard une mitraillette gonflable, des collants léopard, des fumigènes, un décor de voiture en carton, des feux de Bengale, de l'aluminium, des Playmobils, des dinosaures, des moustaches façon Lee Van Cleef, un pistolet à bulles, une boîte à meuh, des confettis... Autant de petites merveilles qui ouvrent la voie à l'imagination.

Autre élément essentiel de l'atelier, le générateur d'histoires, conçu à la manière d'un jeu de cartes, permet de composer aléatoirement un récit et garantit une part irréductible de fantaisie. Ainsi, les participants auront la mission impossible de construire une histoire avec un dragon, un savant fou, un train, des menottes et une VHS. Accompagnés par un intervenant, les élèves improvisent des solutions artisanales de mise en scène et imaginent un film court au long d'un marathon de deux jours, en jouant avec les contraintes imposées (cf. les légendes des vidéos). L'urgence dans laquelle ces films ont été élaborés leur confère inévitablement un aspect brouillon, qui doit être assumé er contrebalancé par le fourmillement d'idées, de tentatives et d'inventions.

L'atelier permet non seulement d'aborder les différentes étapes de la réalisation d'un film et de se familiariser avec le langage cinématographique, mais aussi d'envisager la création comme un jeu, d'affirmer que le cinéma — comme le dit Michel Gondry dans Soyez sympas, rembobinez — peut relever d'une pratique collective, joyeuse et inventive.